mercredi 12 juillet 2017

A 15 jours du départ, comment me suivre ?

15 jours pour faire les derniers réglages.

Un dernier Week-End qui va me permettre de réaliser deux longues sorties à la conditions qu'elles ne soient pas éprouvantes.

Ensuite, les dix derniers jours vont me permettre de préparer le vélo et son paquetage.

Je vous communique les différents réseaux sociaux qui vous permettront de suivre ma TRANSCONTINENTALE RACE 2017


Sur Instagram
https://www.instagram.com/denisrecazens/



Pour suivre en direct la course et tous ses coureurs


http://trackleaders.com/transconrace17


DEPART 28 JUILLET A 22 HEURES

dimanche 2 juillet 2017

28 jours avant le départ, en mode test longues distances...


Il reste 28 jours avant le grand départ. Je ne vous cache pas partir à la tombée de la nuit, à 22 heures me déroute un peu.

En principe, c'est l'heure à laquelle je vais me coucher... comment gérer ce départ ? Faut-il rouler jusqu'à épuisement et faire une grosse nuit ou faut-il rouler quelques heures, dormir un peu et poursuivre ?

Pour avoir quelques réponses, je décide de me mettre en condition de course. Après une longue journée de travail, j'enfourche ma bicyclette ; objectif, Royan, Médoc et retour...

21 heures, direction Vivonne puis Melle. Rapidement la nuit tombe. Sous une pluie fine, je rallie St Jean d'Angélis. Je suis beaucoup mieux qu'après ma journée de travail. J'aurai préféré m'arrêter vers 1 heure, mais J'ai réservé l’hôtel à Saintes. Vers 2h30 je prends possession de la chambre. 

Courte nuit de 4 heures. En pleine forme, je repars à 7h30 pour prendre le bac de Royan qui est à 9h45. Je suis dans les temps. A bord, un grand café et viennoiserie me font du plus grand bien.

10H10, pointe de Grave, il pleut, je roule vers le Médoc. Je compte reprendre le bac à Lamarque pour 13H. Les minutes sont comptées.... vais je le manquer... J'arrive à 12H55... pas de bac... il était à... 12H30...

Je vais pouvoir prendre le temps de manger.

A 16 heures, je suis à Blayes. L'arrivé à Nouaillé est prévue pour 0H30... inchallah !

Il reste 200 Km et les 70 derniers seront de nuit... je n'ai pas prévu. Vendredi soir, je n'ai pas économisé la lumière, et j'espère avoir assez de batterie pour rejoindre la maison.

Vent de face, je descends la Gironde. Puis, le vent m'aide un peu. Je traverse Jonzac, Jarnac, Rouillac, Aigre, Sauzé-Vaussais, Brux et enfin des routes très familières...

Patatras,  à 3.5 Km de Vaux en Couhé, le noir complet... plus de lumière... rien.. je suis en rase campagne. J'enlève la lumière arrière et avec la lueur de celle-ci, je rejoins Vaux ou mon épouse Fabienne a la gentillesse de venir me chercher. Il manque 30 Km pour boucler la boucle.

Finalement, 438 Km sans encombre, 18 heures de selle. Les difficultés; le départ après le travail et mentalement, les 30 dernières avant Saintes. J'ai aussi passé 1 journée les pieds mouillé et j'ai aussi pu tester l'éclairage.

A cause des bacs, la journée de samedi a été entrecoupé de pauses forcées et retardé mon arrivé... 
Pour la Transcontinentale, comment vais je gérer ? je ne vous dis pas !

Si vous êtes joueur, c'est à refaire avec objectif 24 heures max  ;)

Voici la vidéo 

mercredi 12 avril 2017

Avril, déjà trois mois de préparation passés, voici le résumé

Le premier janvier, j'apprends ma sélection pour la Transcontinantale Race.

Les dix premiers jours de l'année, je prépare le parcours. Il faut passer par les 4 check-points obligatoires pour rejoindre Météora en Grèce.

En partant de Belgique, il y a une multitude de possibilités et personne ne prendra les mêmes routes.

J'ai choisi ma route, en évitant un peu les côtes, les détours et les difficultés...  Je trouve tout de même 40000 mètres de dénivelés positifs et 4000 kms. Il faudra tenir.

Maintenant que je connais ma route, je dois la peaufiner, vérifier certains tracés, certains cols et me la mettre bien en tête.

J'ai la solution, je récupère le tracé gpx, le bascule sur le Pc du home trainer et contrôler.
Chose faite le 10 janvier, c'est le petit départ.

Tous les matins, avant de partir travailler, je teste et contrôle. Je ne veux pas faire les 4000 km, et c'est donc au hasard que cols, vallées, villes et plaines vont se dérouler à l'écran.

Les tronçons sont mis sur Strava en même temps que je les effectuent. A raison de 20 à 40 kms par jours, la route est longue...  Je passe les Ardennes, le Luxembourg, traverse l'Allemagne pour rejoindre le CP1.

Ensuite, l'Autriche, les Dolomites, rejoins le CP2, la Slovénie, Hongrie, Slovaquie et CP3.

Il y a beaucoup de plaines entre ces étapes,  je ne connais pas les vents dominants et il faudra que je me renseigne.

Pour rejoindre les Carpates et le CP4, c'est à nouveau la traversée à de la Hongrie puis la Roumanie.

Ensuite, Bulgarie,  Macédoine, et Grèce.

Trois mois pour faire le tiers de la compétition en "virtuel" au chaud et à l'abri des intempéries. Quelle température vais-je avoir... Si si, j'ai une idée...  Mais quelles surprises ?

Finalement, je modifie seulement trois fois mon parcours, j'avais bien bossé !
Dehors, la météo s'améliore et le printemps arrive. Je vais devoir améliorer ma condition physique. Je m'aperçois que certains concurrent sont plus vaillants que mois et déjà, ils parcourent des circuits de 300 kms. Les meilleurs, ceux qui sont fait d'un autre métal effectuent des 600kms...

Je ne suis encore qu'un gamin, mon parcours le plus longs ne dépasse pas les 171 kms.

Je dois me remettre en question... Moins de trois mois et le départ.

Fin mars, pour les Grands champions, c'est l'IPWR, la traversée de Ouest en Est de l'Australie...  6000 kms. Le 31 mars j'apprends l'accident mortel de Mike Hall qui jouait la gagne...

En son hommage, voici un bref résumé de son palmarès (copié de Wikipedia) :

En 2012, Mike Hall a gagné la première World Cycle Race (en). En 2013 et 2016, il gagna le Tour Divide (en), la course cycliste d'ultra-endurance de montagne à travers les Rocheuses au Canada et aux Etats-Unis. En 2014, il gagna la première Trans Am Bike Race (en), une course traversant les États-Unis de la cote pacifique à la cote atlantique.

Depuis 2013, il était le principal organisateur de la Transcontinental Race, une course cycliste à travers l'Europe dont la cinquième édition doit relier Geraardsbergen (Belgique) à Meteora (Grèce). Cette course voit les coureurs démarrer à 22h au sommet du Mur de Grammont. Ils parcourent ensuite près de 4 000 km sans assistance et en décidant eux-même de leur route. Le chronomètre ne s'arrête pas. Ce sont les coureurs qui décident de leur sommeil. Certains ne font que très peu d'arrêts et dorment deux à trois heures par nuits pour gagner du temps.

La talent et la passion de Mike Hall ont fait de cette course une référence en la matière, avec un millier de candidats chaque année, dont seuls 350 sont sélectionnés. Sous son impulsion, les courses sans assistance sur des distance "ultra" ont atteint une popularité sans précédent.

Sa compagne Anna (https://www.instagram.com/ride.eat.make/) s'occupait de la direction artistique de la course. Le couple n'a pas eu d'enfants.

vendredi 3 mars 2017

mardi 31 janvier 2017

Départ dans 6 mois, 28 juillet à 22 heures...

Je vous présente l'itinéraire que j'ai enregistré pour la Tcr 2017. Pas moins de 4000 kms de prévus et plus de 40000 metres de dénivelés.

Pour l'instant,  déjà un mois que je sais être sélectionné. Le départ est dans six mois, j'ai encore le temps de monter en pression.  Grâce à Google street, je me contente de vérifier largeurs, revêtements et profils des routes prévues ainsi que les villes et villages traversés.

Il faut aussi que je définisse le vélo, les roues, le choix d'éclairage et de recharge de batterie.

Concernant les sacoches, le duvet, le bivy... Ils m'attendent déjà dans mon garage.

mercredi 18 janvier 2017

La Tcr 05... La Transcontinental Race est en marche

2 janvier 2017,
C'est parti....

Le top départ est lancé par la réception du mail m'informant de ma sélection.

Déjà deux mois que je me suis inscrit pour la Transcontinental Race.  

Il me reste moins de sept mois pour préparer le Grand départ le vendredi 28 juillet à 22h du Mur de Grammont en Belgique.

Le choix de la meilleure route,
Du meilleur matériel
De la préparation physique et mentale
Des meilleurs compromis...  

Tout en bravant le quotidien sans que rien ne dérange le travail...

Je vous propose de suivre la préparation et ensuite... La course.

L'objectif n'est pas de gagner, mais de respecter les barrières horaires pour rejoindre Météora en Grèce...